Les parieurs sur Internet ont besoin du soutien permanent des casinos traditionnels

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Les groupes Web ont besoin du soutien des forces vives de l’industrie US, écrit Joseph Menn

Alors que les sociétés de pari en ligne et les parieurs américains ont salué avec enthousiasme les mesures de légalisation prévues cette année, ces efforts seront peu probablement couronnés de succès sans le soutien supplémentaire des casinos traditionnels.

L’évolution récente la plus importante pour les supporters du pari en ligne au Congrès est venue en août, lorsque le sénateur du New Jersey Robert Menendez a présenté une loi qui exempterait « les jeux de réflexion », ce qui comprend explicitement le poker, les échecs et le backgammon, des interdictions de pari.

La proposition de loi de M. Menendez fait suite à une tentative, remontant au printemps dernier, plus radicale de légalisation et de régulation mise en place par Barney Franck, un très puissant président de comité parlementaire. M. Franck a dû faire face à de nombreux problèmes liés à la régulation et à la crise économique, mais il y a fort à parier que sa proposition de loi sera au moins votée au Parlement.

Le Sénat est depuis longtemps considéré comme le plus dur des deux organes législatifs et les lobbyistes du poker ont apporté à la proposition de loi de M. Menendez un accueil chaleureux. Mais même si le sénateur joue un rôle important à la tête des Démocrates, il ne préside aucun comité important et il présente seul cette mesure. Aucune audition n’est prévue, ce qui doit normalement constituer l’étape suivante.

Quelle que soit la procédure du Sénat, il est certain qu’aucune législation sur les paris sur Internet ne pourra être applicable sans l’accord du Sénateur Harry Reid, ancien président de la commission du jeu du Nevada, qui, en tant que responsable de la majorité au Sénat, est l’homme le plus important de la chambre.

« Je sais que Harry Reid est critique à l’égard de toute question liée au jeu, » a déclaré John Pappas, directeur général de Poker Players Alliance. « Nous espérons pouvoir continuer à essayer de le convaincre. »

M. Reid n’a pas changé de point de vue. Selon lui, en effet, le poker sur Internet serait trop difficile à contrôler, a déclaré vendredi son porte-parole, Jim Manley. « Il est toujours très sceptique sur la capacité à réguler le pari en ligne, » a déclaré M. Manley au Financial Times.

M. Reid est la personne au Senat qui reçoit le plus de dons de la part de l’industrie du casino, qui reste toutefois divisée. Harrah’s Entertainment et MGM Mirage sont favorables à l’autorisation de certains paris en ligne, alors que Wynn Resorts et d’autres y sont opposés.

Cette division a mis hors jeu l’American Gaming Association des sociétés traditionnelles.

La Players Alliance a reconnu qu’elle apporterait son aide si elle pouvait obtenir du soutien de la part d’autres acteurs du secteur non virtuel.

M. Pappas a déclaré qu’une tendance favorable se dégagerait inévitablement en faveur des paris en ligne à Las Vegas car les sociétés sont conscientes que le poker en ligne est la « solution du futur ».

Parallèlement, les procureurs généraux continuent à saisir des fonds circulant entre les sociétés de pari et leurs clients et à plaidoyer la culpabilité des responsables.

Mais même les campagnes de lobbying les plus solides peuvent se retourner contre leurs instigateurs.

David Carruthers, alors Directeur Général de BetonSports, a écrit un édito soutenant la législation américaine sur le pari sportif, alors que sa société contrôlait secrètement le groupe Offshore Gaming Association.

Cette mésaventure n’a émergé qu’après sa mise en accusation. M. Carruthers devrait être jugé dans environ deux mois.

Le Sénateur Harry Reid : Les joueurs de poker espèrent le convaincre.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »